3ème activité

 

AAhhhh, comme le temps passe vite.
Certains d’entre vous me l’ont fait remarquer, et je dois l’avouer, quelle course pour moi aussi… Même si je prends beaucoup de plaisir à vous lire, à regarder vos carnets, le temps entre deux ateliers passe beaucoup trop vite et je suis très frustrée de ce voyage au galop entre deux rendez-vous. Espérons que cette entrée dans le nouvel an chinois nous permette de changer un peu d’allure et de trotter tranquillement, voire même de marcher un peu pour admirer le paysage.
Il faut dire que je suis actuellement en résidence d’écrivain et que je fais 14 carnets de voyage avec 14 groupes différents (avec des tout petits enfants en école maternelle, des plus grands en école élémentaire, des adolescents qui viennent d’arriver en France et ne maîtrisent pas encore bien notre langue, des femmes dans la même situation, et même un groupe de personnes âgées). J’ai la tête pleine, pleine de voyages !

 

Revenons d’abord sur vos productions :

  • La rencontre avec le gnome Wasikowska qui a faim d’enfants bien dodues m’a beaucoup fait rire, dommage que le texte n’était pas écrit dans une page de carnet illustré, j’aurais beaucoup aimé voir la tête du gnome.
  • J’ai adoré l’idée du voyage à dos de fourmi, de moustique, de mite… Bzzzz j’en frissonne encore , et les petits carnets accrochés au mur avec une ficelle, c’est une idée bien sympathique que je réutiliserai sans doute.
  • La promenade sous la pleine lune m’a un peu angoissée, et mon chien me regardait d’un drôle d’air, on aurait dit qu’il me souriait tout en montrant ses crocs… J’ai eu un petit regret que l’illustration et le texte soient juxtaposés (au lieu d’être mêlés), surtout que l’écriture est particulièrement jolie. Une partie du texte écrite sur la pleine lune jaune aurait eu beaucoup d’effet et aurait renforcé le côté dramatique du voyage, je crois.
  • L’anniversaire oublié m’a rappelé qu’une année je m’étais trompée d’âge pour mon anniversaire, je m’étais vieillie d’une année supplémentaire !
  • Là encore, la prochaine fois, ce serait vraiment bien de plus mélanger texte et illustration afin de les métisser et que cela devienne un véritable carnet de voyage et pas un texte illustré. Et je sais que c’est une habitude scolaire que de tracer des lignes pour écrire bien droit (et proprement), mais dans le carnet de voyage, on a le droit d’écrire tordu, en cercle, de faire des vagues, d’enrouler son texte sur lui même, de grossir certains mots, d’en écrire d’autres de façon microscopique… et même si on trace une ligne pour s’aider, c’est mieux de la gommer ensuite (ni vu ni connu).

  • Mon jardin, texte bien écrit et original, mais là aussi, j’encourage l’écrivain(e) à travailler plus dans l’idée d’un carnettiste la prochaine fois, en métissant image et texte.
  • Super Mirage 2000, le texte est original, les illustrations fantastiques, bravo pour avoir mélangé photo et dessin, mais là encore pourquoi ne pas avoir fait un carnet de voyage avec tout cela (par exemple en écrivant une phrase sur la carlingue de l’avion (photo) et les phrases suivantes dans le prolongement des missiles sous le mirage, ou sinon, dans les nuages)…
  • Le portrait de la petite fille en tricycle aurait pu lui aussi être utilisé (le fond blanc en carrelage était propice à l’écriture).
  • Le petit dessin d’un jardin aux cerises et balançoire est très reposant, mais là encore, sans texte, ce n’est pas un carnet de voyage.
  • Les carnets de l’école Pinchat s’approchent plus de l’esprit du carnet de voyage, mais, j’ai envie de vous dire d’oser davantage ! Ecrivez directement sur vos dessins, et dessinez sur vos écrits !
  • J’aime beaucoup le travail de la classe de La Chaux-de-Fonds, et notamment les typographies reprenant les drapeaux de différents pays. Avec quelques dessins insérés au milieu de tout cela, ce serait super ! Et bravo pour la couverture de Jérémie, j’aime, que dis-je j’adore !
  • Pour la classe de Cerniat, personnellement, je n’essaierais pas de coller un transparent sur une carte, car le résultat sera forcément décevant. J’utiliserais une bande de papier fantaisie (un fragment d’une carte de géographie ou d’une carte routière par exemple), et je collerais avec cette bande le haut du transparent positionné sur la carte, ainsi le transparent serait maintenu sur la carte sans résidu de colle apparent, sans qu’aucun élément ne soit gondolé ou déchiré. Le transparent est maintenu juste sur sa partie haute (j’espère que mon explication est claire). Un exemple de transparent ajouté sur un carnet avec cette méthode ci-dessous :

     

    calque-rodhoid

     

  • Félicitations aux élèves et aux enseignants de l’école européenne de Bruxelles : vos carnets prennent forme et ont l’air superbes. Et bravo à l’élève qui a osé écrire (en rouge) directement sur ses photos en noir et blanc : c’est exactement ça !

 

Calligrammeguillaume Apollinaire

 

J’espère que vous ne serez pas fâchés de mes commentaires, c’est vraiment dans l’idée de vous aider à devenir carnettistes, je suis très impressionnée de la quantité de travail que vous avez fourni, et ce serait malhonnête de ma part de ne part vous aider à progresser.

 

Donc, retenez qu’un carnet de voyage ne doit pas ressembler dans sa présentation à un cahier de poésie illustré (avec une page de texte et une page de dessin côte à côte) ni à un exposé (avec des dessins légendés). Guillaume_Apollinaire_CalligrammeIl faut écrire autour et sur les dessins, faire en sorte que l’écriture se mêle au dessin et devienne à son tour un dessin. De la même façon, vous pouvez aussi utiliser le dessin pour le transformer en écriture. Pensez aux calligrammes de Guillaume Apollinaire, et n’hésitez pas à en inventer !

 

 

 

 

 

 

Voici quelques pistes pour ce nouvel atelier :

 

Première idée (un peu farfelue et humoristique, même si a priori basée sur des faits réels):

 

formation-bib-10

 

Il va falloir faire découvrir votre pays, votre ville, votre quartier, votre école à un nouveau camarade de classe un peu particulier… En effet, ce nouveau camarade, Zazoubaloon vient d’une autre planète et ne connaît rien, mais vraiment rien de votre façon de vivre. Il a appris le français avant de venir, donc comprend notre langue mais est totalement étranger à votre façon de vivre, de manger, de parler. Ce serait chouette si vous lui parliez des spécificités de votre région :

 

  • un plat typique (inventé comme de la sauce tomate avec des cornichons et de la confiture de fraise, ou des pattes de mouche enrobées au sucre ou tout à fait réel en nous faisant voyager dans la gastronomie suisse ou belge…)

     

    scorpion-neyrins

    cigale-neyrins

    cigale-scorpion-chine

     

    Où je mange scorpions, cigales et vers à soie en Chine…

  •  

  • une expression ou des mots de vocabulaire particuliers à votre pays ou à votre région. J’ai souvenir du jour où, en Belgique, on m’a demandé si « ma glace goûtait » et où j’ai répondu « non » parce qu’il n’y avait aucune goutte de glace tombée sur mon tee-shirt (en France, on dit « c’est bon ? » et pas « Ca goûte ? »). J’adore toutes ces différences d’usage du français.
    Par exemple, au Sénégal, « camembérer » veut dire sentir des pieds (de camembert, le fromage français). Saurez-vous trouver les expressions particulières à votre pays ou à votre région ?

     

  • un monument ou un bâtiment, quelque chose de typique dans l’architecture de votre ville.

     

    maison-2

    ecritures

     

    Début d’un travail sur l’architecture du monde et l’écriture autour de la terre (il manque encore le texte sur ce carnet) avec des petits de 5 ans, vous pourriez reprendre l’idée de la « farandole » de maisons pour l’architecture de votre quartier.

     

    Essayez de le faire rire parce qu’il est vraiment inquiet, on lui a raconté des trucs pas possibles sur votre façon de vivre, par exemple que vous êtes sales et que vous êtes obligés de vous laver tous les jours (alors que lui reste propre, incroyable, non ?), que vous aviez besoin de « dormir » tous les jours, et qu’il ne comprend pas pourquoi vous faites le mort pendant des heures alors que lui attend pour jouer au ballon avec vous, que vous avez besoin de boire, et qu’ensuite, il vous faut trouver des toilettes… Bref, chers amis êtres humains, vous avez de bien curieuses habitudes de vie… et l’humour sera à l’honneur dans ce travail.

 

Seconde idée (plus terre à terre, mais tout aussi intéressante):

 

Pourquoi ne pas sortir dans votre quartier et faire un carnet de voyage in situ ?
Dessiner dans la rue, que ce soit sur un parcours maison-école (sur une portion du chemin que vous empruntez tous), ou sur le pâté de maisons autour de l’école. Cela vous mettra VRAIMENT en situation de carnet de voyage, puisque vous dessinerez ce que vous voyez vraiment (comme un carnettiste) et pas de mémoire ni d’imagination (comme un illustrateur), ce qui est très différent.

 

flaque-eau

 

S’il fait vraiment trop froid et que les conditions météo ne se prêtent pas au dessin, prenez un appareil photo !

 

Vous pourriez, par exemple, étudier :

 

  • L’architecture de votre ville ou village, les différents types de bâtiments.

     
    architecturemosaique-2mosaique

  •  

  • Faire un inventaire de la nature dans la ville, que ce soit les arbres et fleurs qui ont été plantés ou les herbes folles qui se glissent entre les pavés ou le long du trottoir, ou encore les illustrations végétales sur les mosaïques ou les plaques devant les maisons (notez le clin d’œil avec la Suisse, trouvé dans une ville de France où je réalise actuellement un carnet de voyage avec des élèves sur le chemin de l’école). Pensez aussi à faire un herbier avec quelques végétaux (entre deux feuilles de papier journal, avec un gros dictionnaire posé dessus pour bien écraser et faire sécher les plantes) afin d’incorporer de la nature dans votre carnet.
    Sur la première photo, les enfants dessinent un citronnier à travers une palissade.

     

    citronier

    dessin-

    dessin

    dessin-2

    herbes-folles

    nature-2

    maison-iris

    iris-2

    les-iris-A

    helvetia

  •  

  • Les boîtes aux lettres des différentes maisons et celle de la Poste au coin de la rue.

     
    boite-aux-lettres-2

    rue-boite-aux-lettres

     

  • Les numéros des maisons de la rue ou du quartier.
     
    rue-1

    rue-3

    rue-4

    rue2

    no-rue

 

Voilà, j’espère que ces quelques pistes vous donneront des idées pour prolonger le voyage malgré le froid et l’hiver.
J’ai hâte de vous lire et de découvrir vos nouvelles productions.
Surtout, si vous ne deviez retenir qu’un seul mot : OSEZ ! (soyez créatifs)

 

3ème activité
 


30 commentaires pour “3ème activité”

  1. Bonjour Antonia!

    Avec beaucoup de retard, nous vous envoyons un lien sur toutes nos photos de l’activité 2…
    Quand notre maître nous a lu le descriptif de l’activité, nous avons voulu nous essayer sur l’activité “se lâcher” sur un voyage avec des mots d’une syllabe. Une idée de voyage est sortie et tout le monde l’a suivie… De notre pupitre aux toilettes…
    Autrement, nous avons écrit un voyage autour de chez nous et certains ont eu envie de parler des leurs hobbies.
    Voilà, cette semaine on commence l’activité trois (lol)

    Tout de bon

    La classe de Ludovic, dans les Préalpes à Cerniat

    http://charmey.fri-tic.ch/enseignants/ludovic/site/index.php/carnet-de-voyages

  2. Un vrai régal de vous lire ! Bravo à vous tous, vos carnets de voyage sont magnifiques. Merci de nous avoir offert l’accès à votre site.
    Michèle

  3. A Pinchat nous avons choisi d’explorer notre vocabulaire local. Nous avons découvert que certains mots usuels n’étaient pas “français” mais suisses romands !

  4. Une poésie pour Zazoubaloon

  5. Une rencontre étrange

  6. Une invitation…

  7. Zazoubaloon se fait un peu secouer…

  8. Bonjour Antonia,

    Pour cette troisième activité, nous avons choisi d’aller explorer notre quartier et notre ville – La Chaux-de-Fonds – nos crayons, gommes et carnets en main afin d’aller nous essayer in situ. Cela a énormément motivé les élèves et les a obligés de se mettre véritablement dans la peau d’un voyageur qui essaie, à travers le dessin, de fixer sur le papier un bâtiment, un détail architectural, un objet…
    Certains élèves ont aussi essayé de mettre en images des expressions locales bien que le temps à disposition ait à nouveau été assez court puisque nous avons eu 1 semaine de vacances.
    N’hésitez surtout pas à “critiquer” nos productions afin que nous nous s’améliorons encore… En tout cas, un grand merci pour vos retours, vos conseils, vos idées, ils permettent aux élèves de rester motivés et de scander à chaque fois un grand “YEEEESSS” lorsque je leur annonce que nous allons travailler sur le carnet de voyage.

    Au plaisir de vous lire,

    La classe du collège des Marronniers, La Chaux-de-Fonds

  9. En plein travail…

  10. Devant la tour Espacité.

  11. Sur une marche…

  12. En classe…

  13. La tour Espacité

  14. La tour Espacité à deux mains

  15. Le carillon (Zacharie)

  16. Le grand temple (Arthur)

  17. Notre quartier (Tamara)

  18. Notre quartier (Selam)

  19. Notre quartier (Nemesio)

  20. Quelques expressions (Cécile)

  21. (Cécile)

  22. Bonjour Antonia!

    Cette période a été bien chargée pour notre classe. Nous sommes partis en camp de ski dans le Jura du 10 au 14 février puis nous étions en vacances du lundi 17 au vendredi 21 février.
    Alors nous avons juste un travail à présenter. C’est celui de Julie Cherix, une élève qui travaille très vite!

    Classe d’Inês Dietrich 7P
    Carouge, Genève, Suisse

  23. Travail de Julie

  24. suite

  25. suite 2

  26. Expressions bruxelloises

    Bonjour Antonia,

    Nos carnets avancent bien et commencent à prendre des couleurs.

    Pour le travail sur les expressions d’une ville ou d’un pays nous avons commencé par chercher sur Google les expressions bruxelloises.
    Au cahier de brouillon, nous avons sélectionné des expressions. Après avoir effectué ce choix, nous avons commencé à rédiger nos textes.

    Toutes les expressions n’étaient pas simples à comprendre étant donné que peu d’entre nous sont de nationalité belge. Notre professeur nous a corrigé et nous a aiguillé.
    Nous avons ensuite pris le temps de retranscrire notre brouillon et de décorer nos carnets.

    Merci pour vos idées et vos conseils.

    A bientôt,

    Les élèves de P5FrC de L’Ecole européenne Bruxelles 4, Bruxelles

    Voici quelques textes réalisés par les élèves :

    Alessandra

    Il y a deux semaines, j’étais chez une amie. Dehors il drachait. Je dois dire que son petit frère est un vrai djââp, et comme il a deux ans, il avait froucholé dans la chambre de ses parents. Alors quand on passait près de la chambre, j’avais la kiekebiche. Le soir, le père de mon amie est revenu du travail, en le voyant rentrer dans la pièce, je me suis dit : « C’est un vrai castard ! ». Un peu plus tard dans la soirée, avant d’aller nous coucher, j’ai senti une odeur un peu étrange, Annelène avait douffé ! Le matin, pour le déjeuner, nous avons mangé des couques sur la terrasse, mais il faisait caillant. Le petit djââp mâchait une chicklet et comme Louis était encore petit, il l’a avalée. Tout le monde s’est affolé ! Quelle journée !!!

    Liza

    Je vous présente un ket de ma classe, il s’appelle Greg, il fait plein de bisbrouilles. Celui-ci brosse, ce garçon a plein de buses et il a bissé car il ne bloque pas ! Ce Manneke raconte plein de carabistouilles, ce n’est pas vraiment un castard. Il va en stoemeling coller des chiques en-dessous des bureaux ! Oh, Potferdek ! C’est vraiment un Zot ! Greg donne plein de poques, ce gars fait plein de margailles. Il est vraiment pelant !!

  27. Nos carnets

  28. Nos carnets 2

  29. Raúl

    En cherchant quelqu’un à pouf dans la rue, je suis tombé sur un vrai touriste qui mangeait une chicklet. Comme il faisait caillant, ce zinneke est venu chez moi pour jouer au kicker. Ce gars n’est pas un labbekak. C’est plutôt un stoefeur avec sa bagnole. En voulant se laver les mains, il m’a sketté mon robinet qui splittait. Il a voulu le réparer à la six quatre deux. Potferdek ! Ce klodzak a mis le feu à ma maison. Ce gars-là il n’arrête pas de tutter.
    Ce snul ne doit pas se laver souvent, il sting avec ses slash aux pieds. Mais je ne suis pas du genre à me mettre en rote contre quelqu’un. Lui ce n’est pas le genre de zinneke qui prend des petites rawettes. A cause du robinet qu’il m’a sketté, il a glissé et patâât. On a dû aller à l’hôpital car il s’est cassé la gueule.

  30. Chère Antonia, voici bien volontiers un petit lexique des mots romands employés dans les derniers textes de l’école de Pinchat:
    le cornet: le sac en papier
    le duvet: l’édredon
    le linge: la serviette de bain
    la panosse: la serpillière
    le cheni: le désordre
    la catelle: le carreau de faïence
    le gabion: la cabane de jardin
    le bec: la baiser
    le péclos: le vélo
    la gouille: la flaque
    la chenoille: un enfant pas sage
    la pive: le cône ou la pomme de pain
    s’encoubler: trébucher
    éclaffer: écraser
    bonnard: sympa, chouette
    de bleu,de bleu ! : expression typiquement genevoise

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

Site offert par © Fondation Gloriamundi    Logo de la Fondation Gloriamundi   Avec le soutien de la Loterie Romande Graphisme Cindy Heimo, Illustrations Jérémie Borel